Sélectionner une page

Favoriser le redéploiement de la nature sur le territoire andennais ne relève pas uniquement du ressort des spécialistes ou des réserves naturelles. Pour y parvenir, citoyens, entreprises, collectivités et agriculteurs doivent se mobiliser afin de devenir des acteurs essentiels à la réalisation de ce projet d’envergure. Nous sommes aménes, ensemble, à développer sur notre territoire un réseau écologique dense favorable à une meilleure biodiversité gage de nouveaux liens sociaux et de santé préservée.

Biodiversité chez MOI

Cet appel à projet participatif lancé par le Service et l’Echevinat de l’Environnement invite citoyens, collectivités et entreprises à participer à une grande action visant à créer des espaces de biodiversité sur tout le territoire. Nous sommes nombreux à avoir un petit bout de terrain, un jardin, une mare, quelques ares, ou bien plusieurs hectares, et à souhaiter vouloir le rendre accueillant pour la nature.

L’action « biodiversité chez Moi » est née de ce souhait d’agir et de permettre à chacun de contribuer à sauvegarder la biodiversité du grand Andenne, de partager ses connaissances (naturalistes, mécanique, juridiques…), ses expériences de gestion bonnes ou mauvaises et ses interrogations.

En effet, chaque acteur, à son niveau, peut contribuer au développement de la nature en adoptant une série de gestes concrets en faveur de la biodiversité :

  • Se passer d’herbicides et autres produits phytos
  • Recourir aux solutions naturelles en cas d’intervention
  • Inviter la nature en offrant le gîte via la plantation d’arbres, arbustes ou haies, la pose d’abris (oiseaux, chauve-souris, insectes, hérisson…), la construction de murs en pierres sèches, le dépôt de bois mort, le creusement d’une mare…
  • Offrir une nourriture naturelle : plantations adéquates, graines diverses…
  • Privilégier les espèces mellifères pour les insectes butineurs
  • Planter ou semer des espèces indigènes et bannir les espèces invasives
  • Choisir l’entretien différencié afin de créer des zones refuges et permettre aux plantes d’aboutir à la dispersion de leurs graines
  • Eviter de tailler les arbustes et les haies d’avril à août pour assurer la quiétude des nichées
  • Sensibiliser son entourage à la conservation de la Nature

Guettez nos actualités afin de vous inscrire et participer à cette action! Les inscriptions se font en mars de chaque année.

Cimetière Nature

Après le succès rencontré suite à la réalisation de son premier cimetière nature à Groynne (trois feuilles) et trois labels « Cimetière Nature » obtenus fin 2018, le Collège communal a souhaité continuer dans la même voie en choisissant de verduriser le cimetière dit « de la Triche » à Andenne.

Ce nouveau grand chantier, qui s’inscrit dans le « Programme Wallon de Réduction des Pesticides », a débuté fin 2018 avec la remise à neuf de l’allée centrale et la déminéralisation complète des allées transversales afin de pouvoir les engazonner, ainsi qu’un pré fleuri qui pourra s’épanouir dans le fond du cimetière.

Outre les allées, deux nouvelles zones de dispersion sont aussi repensées et aménagées par notre Service plantations à l’entrée du cimetière, afin d’offrir aux citoyens un lieu de recueillement paisible où les parterres de plantes et fleurs mellifères permettront également à la biodiversité de trouver sa place.

Cette collaboration des Services Techniques et Environnement se concrétisera par une demande de labellisation du cimetière de la Triche en 2019-2020. Entretemps, nous demandons aux usagers du cimetière de faire preuve de patience durant les travaux, le temps que les résultats d’engazonnement et de fleurissement soient visibles.

Contrats de Rivière

Aux quatre coins de la Wallonie, des Contrats de Rivière sont acteurs dans la gestion de nos cours d’eau.

La Ville d’Andenne est partenaire du Contrat Rivière Haute Meuse (protocole d’accord 2017-2019) et participe activement aux réunions de concertation, apporte un soutien technique à certaines actions comme le barrage à OFNI (Objet Flottant Non Identifié), propose des activités dans le cadre des Journées Wallonnes de l’Eau (balade découverte au fil du Samson), sert de relais auprès des entreprises…

Plus d'info sur le Contrat Rivières

Les citoyens, les communes, les écoles, les administrations… sont tous invités comme partenaires des Contrats de Rivière. En effet, ils rassemblent autour d’une même table tous les acteurs de la vallée en vue de définir consensuellement un programme d’actions de restauration des cours d’eau, de leurs abords et des ressources du bassin. Sont invités à participer à cette démarche les représentants des mondes politique, administratif, enseignant, socio-économique, associatif, scientifique…

Tous les habitants d’un même bassin, tous les usagers d’un même cours d’eau : les riverains, les gérants de campings, de villages de vacances, d’infrastructures touristiques, les responsables de mouvements de jeunesse, les pêcheurs, les amoureux de la nature, les amateurs d’histoire et de patrimoine, les agriculteurs, les industriels, les propriétaires terriens, les mandataires communaux et provinciaux… tous disposent maintenant d’une plate-forme commune, d’un lieu, le Comité de Rivière, pour exprimer leurs souhaits sur la qualité de leurs cours d’eau, pour entendre et prendre en compte le point de vue des autres et ainsi établir ensemble des priorités dans les actions à programmer. Le contrat se construit donc sur un mode de gestion concertée.

Partout, la préparation du Contrat de Rivière a engendré une mobilisation forte autour de la rivière, comme jamais auparavant. Cette mobilisation a favorisé l’installation d’un climat de confiance entre acteurs et a permis, ce qui est essentiel, une réappropriation sociale de la rivière.

Fête de l’arbre

Chaque année, la Wallonie met une essence indigène à l’honneur au travers de l’opération « Semaine de l’Arbre ». Les principaux objectifs de la « Semaine de l’arbre » sont de promouvoir nos arbres, développer un maillage vert de qualité ou encore soutenir la filière horticole. Les espaces verts faisant partie des ingrédients indispensables du bien-être quotidien, en développant la nature «ordinaire» dans nos jardins et les espaces verts communaux, nous contribuons à la sauvegarde de la nature «extraordinaire» de notre région.

Fin 2018, La Direction des Services Techniques (Service plantation) et le Service de l’Environnement se sont associés, comme chaque année, pour participer à cette opération et ainsi mettre les petits fruitiers à l’honneur. A cette occasion, la Ville d’Andenne a reçu de la région wallonne 4100 plants de groseilliers, framboisiers, cassissiers, myrtilles américaines.. etc qui ont été distribués aux andennais à la Sainte-Catherine, le 25 novembre 2018. Les très nombreux visiteurs ont aussi pu admirer, à l’Hôtel de Ville, l’exposition photo « Instants sauvages » dont les clichés géants attiraient déjà la curiosité sur la Place des Tilleuls.

Fauchage tardif

La Ville d’Andenne a adhéré, en 2013, à la convention « bords de routes » comme d’autres communes, ce qui a permis au SPW d’effectuer 6050 relevés botaniques sur les bords de routes communaux et provinciaux. Les associations végétales sont différentes suivant le milieu, la nature du sol, les modes de gestion. Certains bords de routes ont conservé des végétations qui étaient autrefois largement répandues et qui appartiennent à présent au « patrimoine naturel régional ». Pour plus d’information sur les zones concernées, téléchargez la cartographie des zones fauchage tardif répertoriées par le SPW sur notre territoire.

Plus d'info sur le fauchage tardif

Le fauchage est le moyen le plus utilisé pour l’entretien des bords de routes. Initialement, il était pratiqué très régulièrement pour répondre favorablement aux aspects de sécurité routière et aux critères de propreté en vigueur, imposant la plupart du temps une herbe maintenue courte.
Cette gestion intensive des bords de routes ne permet pas le développement d’une vie sauvage riche en espèces et favorise, au contraire, les espèces à croissance rapide et à multiplication végétative.

Le fauchage annuel tardif s’applique aux zones pouvant accueillir sans danger pour la sécurité des usagers de la route, une végétation herbacée ayant atteint sa taille maximale.
En limitant le nombre de fauchages à un seul passage annuel réalisé en fin de saison, les plantes peuvent croître, fleurir et fructifier. Les fleurs attirent ainsi une quantité impressionnante d’insectes butineurs à la recherche de pollen et de nectar.
Ces derniers fécondent alors les fleurs qui produiront les graines utiles au renouvellement de l’espèce, mais aussi pour toutes les espèces animales granivores.  Le couvert végétal ainsi conservé est un endroit de quiétude pour beaucoup d’animaux, parfois rares, qui s’y reproduisent. C’est pourquoi, un bord de route en fauchage tardif offre bien plus de services à la nature qu’un bord de route fauché trop tôt ou trop souvent.

Gestion différenciée

La gestion différenciée est une approche raisonnée de la gestion des espaces verts.
Plus en phase avec les aspirations actuelles, elle fait le pari d’une gestion plus respectueuse de l’environnement sans perte de qualité. Elle remet en question le tout horticole, sans toutefois le bannir. Le principe est d’appliquer à chaque espace le mode de gestion le plus adapté, tenant compte de son utilisation, sa situation… Certains espaces nécessitent de maintenir une gestion assez intensive, tandis que pour d’autres, une gestion plus extensive est favorable. A l’échelle d’une commune, la gestion différenciée permet donc de diversifier les types d’espaces verts, de favoriser la biodiversité et de réduire l’utilisation de produits chimiques.

Voici quelques exemples de gestion différenciée que la Ville d’Andenne a choisi de mettre en place :

  • des herbes et fleurs au pied des arbres,
  • certains cimetières ont été aménagés avec le végétal,
  • prairies fleuries,
  • utilisation de plantes vivaces plus résistantes,
  • entretien des zones humides,…

Le Service des plantations applique une gestion différenciée sur les terrains dont il a l’entretien.

Jardins et potagers ouverts

Nouveau concept à Andenne qui met en valeur le fleurissement, la beauté des parterres et des potagers des Andennais.

Les habitants ainsi que les participants au projet participatif Biodiversité chez MOI sont invités à ouvrir leur jardin au public à la fin juin afin de faire découvrir leurs plantations et cultures, échanger des plants, des trucs et astuces, partager leurs compétences… Bref, c’est une invitation à passer un bon moment ensemble et à découvrir des coins inattendus de nos campagnes ou jardins en ville.

Présence d’artistes, d’artisans ou de producteurs locaux possibles sur proposition des participants.

Retrouvez pus d’informations sur cet événement dans l’agenda.

Commune Maya

Lancé en 2011, le Plan Maya a pour objectif de sauvegarder les populations d’abeilles et d’insectes butineurs en Wallonie.

La Ville d’Andenne s’engage à maintenir et à développer des espaces propices à la vie des abeilles. Elle organise également des actions de sensibilisation vers un large public et vise à établir une relation privilégiée avec les apiculteurs. S’inscrire dans le Plan Maya consiste à semer et planter des végétaux mellifères. Les vergers, prés fleuris, haies indigènes… sont autant d’aménagements bénéfiques pour les abeilles. Les communes et provinces Maya devront ainsi planter au moins 20% de fleurs mellifères dans leurs différents parterres, bacs et parcs publics. Les communes Maya s’engagent à mettre à disposition des apiculteurs des sites capables d’accueillir leurs ruches.

Grâce à 10 actions simples, chacun d’entre nous peut contribuer à la préservation des abeilles, sans oublier les autres pollinisateurs : les bourdons, les papillons, les syrphes et autres insectes butineurs. Pour connaitre ces dix actions, nous vous invitons à télécharger la brochure du « Jardinier Maya ».

En savoir plus et accéder à la liste des activités : www.abeillesetcompagnie.be

Plus d'infos sur le label Maya

Les communes et provinces Maya ont également signé la convention « Bords de routes-Fauchage tardif »  et ont par conséquent déjà adapté le fauchage des bords de route et de certaines parcelles communales afin de garantir une floraison naturelle et une faune diversifiée. Ces zones seront bientôt reconnaissables par des panneaux « fauchage tardif-zone refuge » qui seront installés aux abords de celles-ci.

Une réduction significative de l’utilisation des pesticides encore autorisés est un autre impératif avant l’interdiction de ceux-ci.

Andenne est une commune Maya… et vous ?
Avez-vous un jardin maya ?

Comment protéger les abeilles et favoriser la biodiversité au fil des saisons ?

Sur les 4000 plantes recensées en Wallonie, plus de 600 sont butinées par les abeilles.

Près de 350 espèces d’abeilles sauvages et de bourdons pollinisent et permettent la reproduction de plus de 80% des végétaux nécessaires à la survie de nombreuses espèces animales… et à la nôtre.

C’est une évidence : les insectes pollinisateurs jouent un rôle prépondérant dans la préservation de la biodiversité.

Grâce à 10 actions simples, chacun d’entre nous peut contribuer à la préservation des abeilles, sans oublier les autres pollinisateurs : les bourdons, les papillons, les syrphes et autres insectes butineurs.

Pour connaitre ces dix actions, nous vous invitons à télécharger la brochure du « Jardinier Maya ».

Fleurs sauvages et prairies fleuries pour nos pollinisateurs

Le monde des insectes est fascinant, tant par la diversité des espèces rencontrées que par les comportements qu’ils peuvent développer. Les insectes pollinisateurs ont ainsi évolué parallèlement au monde des végétaux, avec parfois des adaptations très spécifiques voire intimes.

Cette diversité est malheureusement mal connue du grand public. Ainsi en Belgique ce ne sont pas moins de 369 espèces d’abeilles sauvages qui ont été répertoriées et qui jouent un rôle aussi essentiel que celui de l’abeille domestique en matière de pollinisation.

Mais force est de constater que ces espèces sont aujourd’hui de plus en plus menacées à cause notamment de l’utilisation des pesticides, de la fragmentation des habitats ou bien encore de la disparition des fleurs sauvages et donc de leurs sources de nourriture.

Pour en apprendre plus sur les éléments essentiels sont à prendre en compte pour l’aménagement et la gestion des espaces verts en faveur de nos pollinisateurs, nous vous invitons à télécharger cette brochure technique.

Potagers urbains partagés

D’abord vus comme des espaces de production de légumes, les potagers urbains partagés sont maintenant considérés aussi comme des lieux d’échanges sociaux, de transmission de savoirs, de détente et d’entraide.

La Ville d’Andenne lançait, en 2018, un projet pilote de potager urbain partagé au sein du Parc Melin: remise en état du point d’eau central, placement d’un hôtel à insectes et aménagement d’un petit pré fleuri, plantation d’arbres et arbustes fruitiers et de fleurs mellifères, exposition permanente et création d’un espace entièrement dédié à la production de légumes au moyen de bacs potagers.

En 2019, deux nouveaux projets de potagers urbains partagés ont vu le jour : dans le parc Dieudonné et à Vezin, sur le terrain communal située derrière l’église. Les nouveaux jardiniers, motivés, rejoignent ainsi notre première équipe de jardiniers du parc Melin.

Pour 2020, d’autres projets similaires sont déjà prévus, à Sclayn notamment.

L’objectif principal est de fournir à la population proche des lieux d’échange et de partage, dans des cadres verts biodiversifiés, autour du jardinage et d’inscrire ces parcs dans la liste des « Incroyables comestibles » afin que les récoltes puissent être partagées entre jardiniers mais aussi avec n’importe quel visiteur de ces parcs qui le souhaiterait.

Dans le cadre du GAL Meuse Campagne, nous avons également créé un partenariat avec l’Agence jardinière locale (AJL) représentée par madame Moreau.

Si vous souhaitez proposer un tel projet sur un terrain communal, le Service de l’Environnement pourra vous aider dans vos démarches.

Wallonie en Fleurs

Le concours « Wallonie en Fleurs » a démarré en 2017. Il a pour objectif de valoriser les communes, villages et quartiers qui s’engagent sur des enjeux tels que l’amélioration du cadre de vie, le développement de l’économie locale, l’attractivité touristique, le respect de l’environnement ou la préservation du lien social, via un fleurissement et une biodiversité adaptés.

Le label obtenu par certains participants a pour vocation de récompenser les communes et les collectivités locales qui mettent leur savoir-faire au service d’aménagements durables, diversifiés et favorables à la biodiversité tels les fleurissements divers, les cimetières verts, les parcs, les potagers collectifs…
Il soutient et encourage le fleurissement des villes et villages wallons, en leur attribuant une série de fleurs qui est calculée sur base de critères spécifiques par un jury qualifié.

Depuis de longues années déjà, la Ville d’Andenne met un point d’honneur à ce que les aménagements floraux de son centre-ville et de ses villages satisfassent le plus grand nombre.

C’est dans ce contexte que la Ville d’Andenne, après une deuxième candidature et un deuxième label « 2 fleurs »  obtenu en 2018 (visible sur les panneaux signalétiques situés aux entrées de la ville) participe pour la troisième année consécutive en vue d’obtenir un label 3 fleurs pour cette édition 2019.

Programme Wallon de Réduction des Pesticides

Le Programme Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP) a été mis en place en 2013, afin de répondre aux exigences d’une directive européenne visant à parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable (Directive 2009/128/CE). L’objectif de cette directive est de réduire les risques et les effets des pesticides sur la santé humaine et sur l’environnement.

La mise en œuvre de ce programme se traduit notamment : par    une    gestion    des    espaces publics sans produits phyto-pharmaceutiques,  par  le  renforcement  de  la  protection des eaux de surface et souterraines contre la contamination par les pesticides, par une protection spécifi­que des publics   les   plus   vulnérables   aux   pesticides   (enfants, femmes enceintes, malades, personnes âgées). Plus d’information sur le site dédié : environnement.wallonie.be/pesticides

Ce programme vise aussi à encourager le recours à la lutte intégrée contre les ennemis des cultures et à des méthodes ou techniques de substitution, tels que les moyens non chimiques alternatifs aux pesticides.

Depuis le 1er juin 2017, l’utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant du glyphosate est interdite en Wallonie pour les particuliers. Une brochure éditée par la Wallonie explique notamment pourquoi cette interdiction, comment éliminer les produits et leurs emballages sans risque pour l’environnement et quelles sont les alternatives.

La Ville d’Andenne a déjà entrepris la gestion différenciée pour ses espaces pubics et se prépare à l’interdiction totale, en 2019, des produits phytopharmaceutiques sur ces espaces. Concrètement, des solutions alternatives au désherbage chimique sont déjà appliquées (désharge thermique ou manuel). Selon l’utilisation et l’image que la commune souhaite donner à chaque espace, l’aménagement et la gestion sont pensés de manières différentes. Attention toutefois, ce nouveau mode de gestion, laissant plus de place aux herbes hautes, ne devra pas être confondu avec un manque d’entretien !

Zones protégées : Natura 2000, Réserves naturelles, SGIB et arbres remarquables

La Wallonie fait face aujourd’hui à un défi majeur en matière de conservation de la nature : mettre un terme au recul de la biodiversité et, si possible, la restaurer. En ce domaine, l’Union européenne a adopté deux directives : la Directive Oiseaux (1979) et la Directive Habitats (1992) qui constituent la base d’un vaste réseau écologique : le réseau Natura 2000. C’est à partir de 2001 que la Wallonie a initié la mise en œuvre de ces deux directives qui a conduit à la sélection de 240 sites lesquels ont fait l’objet d’arrêtés de désignation dont l’adoption par le Gouvernement wallon s’est achevée en 2017.

La Ville d’Andenne dispose de paysages, d’une flore, d’une faune, d’un sous-sol et de ressources naturelles qui méritent d’être préservés. Ce sont ainsi plus de 630 hectares qui ont un statut de zones protégées.

Plus d'info : liste des zones protégées
  • Réserve Naturelle Agréée tel que le site de Sclaigneaux (18 ha) ;
  • Réserve Naturelle Domaniale tel que le site Sclaigneaux-Foresse (50 ha) ;
  • Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB) tels que des carrières et anciennes carrières, des bois, des grottes, des rochers, des sablières, des tunnels, des mares… soit 24 sites répartis sur une superficie totale de 558 ha ;
  • Deux zones Natura 2000 s’étendent en partie sur le territoire Andennais et englobent les réserves naturelles.
    • Il s’agit des sites dénommés : « Vallée de la Meuse » (code BE35006) retenue grâce à des biotopes (habitats) très spécifiques telles que des landes sèches, des pelouses calaminaires, des pentes rocheuses calcaires, des hêtraies calcicoles, qui ont permis l’installation d’une faune exceptionnelle (écaille chinée, triton crêté, bécassine sourde, pic noir, alouette lulu…)
    • et « Bassin du Samson » (code BE35005) retenu pour ses biotopes très particuliers tels que des pelouses rupicoles calcaires ou basiphiles, des pelouses calcaires, des mégaphorbiaies, prairies de fauche de basse et moyenne altitude, éboulis sur roches calcaires, pentes rocheuses calcaires, hêtraies à luzule, chênaies-charmaies ou chênaies-frênaies, forêts de ravins et de pentes, des forêts alluviales abritant une faune exceptionnelle (lamproie de planer, chabot, triton crêté, cigogne noire, bondée apivore, martin pêcheur d’Europe, pic noir…).
  • Sont également répertoriés et cartographiés sur le territoire 262 arbres (isolés ou en alignement) et des haies remarquables. Ceux-ci, en plus de leur importance environnementale, présentent des intérêts (paysager, taille exceptionnelle, dendrologique, curiosité biologique, historique, folklorique/religieux, repère géographique) qui font d’eux des parties prenantes de notre patrimoine. C’est pourquoi ces haies, alignements ou arbres isolés remarquables sont protégés : toute modification de leur silhouette ou toute velléité d’abattage sont subordonnées à une autorisation délivrée par le Collège communal, après consultation des services de la Division de la Nature et des Forêts.

Ville d'Andenne

A votre service

Ville d'Andenne
relpub@ac.andenne.be
Place des Tilleuls 1
5300 Andenne
Téléphone :085/84.95.30

Newsletter

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer